Au service des idéaux du Mouvement rosicrucien

Une entrevue avec Gary L. Stewart

Impérator d'un mouvement Rosicrucien,
Chevalier Commandeur de l'OMCE et
Souverain Grand Maître de l’Ordre Martiniste Britannique
pour le site Web de la CR+C, 9 août 2002, par André Rotkiewicz

Qu’est-ce qui vous a mené vers, et quand avez vous commencé sur, un chemin traditionnel dans votre recherche de la Vérité et de la Lumière?

J'avais probablement environ douze ans lorsque j'ai développé un intérêt pour les sujets mystiques bien que je me rappelle avoir eu quelques expériences et impressions intéressantes à un âge beaucoup plus jeune. Cependant, ce n’est pas avant dix-huit ans que je me sois réellement impliqué dans un groupe organisé -- et c'était avec une loge ésotérique en Belgique. Je suppose que je dirai que cette date -- juin, 1971 – était le début réel sur un chemin traditionnel. Ce n'est pas avant 1975 que je me sois impliqué dans le Rosicrucianisme en m’affiliant avec AMORC (Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix).

Comment êtes-vous devenu un Impérator du mouvement Rosicrucien?

À mon avis c'est une erreur de dire que je suis devenu un Impérator « du » mouvement Rosicrucien. Il vaut mieux dire que je suis un Impérator « d’un » mouvement Rosicrucien. Le mot « Rosicrucien » est assez générique dans son utilisation et il y a beaucoup de différents groupes, personnes et lignées qui peuvent correctement employer le mot pour décrire leur fonction ou leur identité quant à l’Œuvre qu'ils effectuent. À mon avis, quiconque prétend représenter l'Ordre Rosicrucien authentique ou véritable à l'exclusion de qui que ce soit ou de tous manque tristement dans le domaine de la perspicacité historique.

Cela étant dit, je suis devenu l'Impérator d'un mouvement Rosicrucien qui perpétuait une lignée transmise de Dr. H. Spencer Lewis, à son fils, Ralph M. Lewis, puis à moi et qui se manifestait dans une organisation appelée AMORC. AMORC a été créé par H. Spencer Lewis en 1915 après plusieurs années de préparation. Selon les exigences traditionnelles de cette lignée (et de la plupart des autres lignées Rosicruciennes que je connaisse), je suis devenu Impérator par l’intermédiaire d’une sélection personnelle de mon prédécesseur, Ralph Lewis, afin de lui succéder après sa mort -- ce qui s'est produit en janvier 1987.

Vous avez fondé la Confraternité de la Rose Croix. Pourriez-vous nous parler au sujet de l'histoire et des objectifs de la CR+C?

J'ai fondé la CR+C (Confraternité de la Rose Croix) en 1996 afin de perpétuer les deux; les traditions Rosicruciennes ainsi que la Lignée d'Impérator, telles qu’elles m'ont été transmises. Comme beaucoup le savent, le Rosicrucianisme AMORCien a subi un peu de troubles commençant en 1990. À ce moment-là, ils se sont embarqués sur leur propre chemin qui dévie énormément du Chemin et de la Lignée initiaux qui m’avaient été confiés comme tâche. La CR+C a été formée pour préserver cette lignée particulière et pour rendre disponibles, sous leur forme pure, les enseignements initiaux R+C tels qu’ils avaient été présentés à l'origine.

Quant aux objectifs de la CR+C, et bien…laissez moi dire que depuis notre formation en 1996, nous nous sommes embarqués dans un programme méticuleux de préparation pour chaque Rosicrucien individuel afin d’arriver à un point où ceux qui le choisissent peuvent assister la CR+C à commencer une nouvelle ère de manifestation selon les règles et les codes de la R+C tels qu’établis au 17ème siècle. Il y aura une réunion de tous les Illuminati de la CR+C à notre convention nord-américaine en avril 2003 pour discuter et décider de ce point. Ces réunions se poursuivront pour le restant de l'année lors de conventions dans d'autres juridictions après quoi, une annonce sera faite quant à la direction future et aux objectifs de la CR+C. Ce que je dirai maintenant à ce sujet est que nous continuerons à perpétuer les règles telles qu’établies dans la Fama Fraternitatis, mais les adapterons au 21ème siècle en accord avec la tradition.

Après plusieurs siècles d'existence du Rosicrucianisme, nous avons aujourd'hui un héritage de divers ordres Rosicruciens et enseignements, ainsi que de plusieurs lignées. C'est un scénario quelque peu confus pour un lecteur occasionnel. Pourriez-vous nous donner une perspective sur la façon dont un mouvement Rosicrucien, la tradition R+C, les lignées, et les organismes Rosicruciens sont reliés?

Dans la plupart des cas, les divers organismes Rosicruciens sont reliés entre eux uniquement par leur nom, ce qui, naturellement, n’apporte peu d’aide au lecteur « occasionnel » qui tente de naviguer au travers des différences. Mais, on peut se consoler dans l’idée que le Rosicrucianisme n'a été jamais conçu pour être facilement navigable. De par sa nature, le Rosicrucianisme est intentionnellement conçu pour poser un défi au chercheur et difficile à saisir pour ceux dont l’intérêt est occasionnel. Comme Spinoza l’a écrit, « tout ce qui est excellent est aussi difficile que rare ». Il est certain que le Rosicrucianisme se classe dans cette catégorie.

Selon ma perspective, quiconque est intéressé à poursuivre un Cheminement Rosicrucien doit prendre l'initiative de trier au travers des diverses options qui leur sont disponibles et de choisir un qui est en accord avec les convictions et préceptes innés de leur propre conscience. En règle générale, le Rosicrucianisme concerne les droits et libertés fondamentales de l'homme avec la liberté d’enquête et de recherche de la vérité en tête de liste. Il s’agit d’encourager et d'aider l'individu à développer tous les aspects de leur être -- mental, physique et spirituel -- selon leur propre personnalité et leurs intentions. Il s’agit de l'évolution de l'Esprit et du développement d’attributs mystiques de haute qualité. Il ne s’agit jamais de suivre la direction d’une autre personne jusqu’à la perte de son identité et de ses objectifs personnels; il ne s’agit pas de réciter des endoctrinements dogmatiques; ni toute chose qui pourrait blesser son propre jugement. En un mot, le Rosicrucianisme concerne la Vérité et la Vérité de par sa nature concerne la liberté -- une liberté responsable, mais la liberté néanmoins.

Ainsi, il faut, et il est essentiel que çà soit l'individu même qui trouve une organisation ou une lignée Rosicrucienne qui s’adapte à sa propre personnalité, ses intérêts et ses intentions. À mon avis, une telle recherche ne devrait pas être faite autrement. Il existe un certain nombre de bonnes organisations et j'encourage ceux qui cherchent à devenir un Rosicrucien d’apprendre autant qu'ils le peuvent de chaque groupe dans lequel ils sont intéressés. Si les réponses recherchées ne sont pas facilement disponibles, alors le chercheur devrait demander-- et, s'attendre à une réponse adéquate.

Qu'est-ce qui a contribué à ce que le Rosicrucianisme survive en tant que culture vivante et traditionnelle au travers des derniers siècles?

Son attention inébranlable sur ses objectifs et sa confiance des libertés de base pour atteindre ces objectifs. Une chose intéressante au sujet du Rosicrucianisme est que, quand ces objectifs s’assombrissent, le Mouvement lui-même semble subir une transformation. Peut-être est-ce la raison pour laquelle il existe aujourd'hui tant de différentes lignées.

Comment identifie-t-on un Rosicrucien?

Par leurs actions et leurs bienfaits. Si ces actions et ces bienfaits sont compatibles avec l’Esprit du Rosicrucianisme, alors l’individu qui a consciemment choisi de devenir un Rosicrucien peut être identifié comme tel.

Qu’es-ce qui rend un Ordre Rosicrucien un Ordre véritable de la R+C?

Je pense que le mot « véritable » a été badiné trop souvent dans la mesure où le Rosicrucianisme est concerné. Cela dit, je pense cependant qu’on peut appliquer les mêmes normes à un Ordre qu’à un individu. C’est à dire par leurs actions et leurs bienfaits. Ne mesurez pas les prétentions, mesurez les accomplissements. Et en mesurant les accomplissements, également mesurez comment ces accomplissements ont été réalisés et s’assurez qu'ils sont compatibles à une éthique reflétant l'esprit Rosicrucien.

Pouvez-vous partager quelques pensées au sujet des enseignements de la CR+C, et quelle approche adoptent-elles pour la recherche spirituelle de l'étudiant?

Les enseignements de la CR+C sont conçus pour assister la recherche spirituelle du Rosicrucien. Ils ne sont pas un modèle dogmatique d'un processus d’étape-par-étape, mais plutôt un guide qui s’adapte à la personnalité et à l'approche de l'individu dans l’atteinte de leurs buts. Ils incluent par contre une énorme quantité d'exercices et d'expériences pour aider à l’atteinte de ces buts ainsi que beaucoup de suggestions qui pourraient aider, mais on doit comprendre que le meilleur outil d’apprentissage du Rosicrucien est celui de la confiance en soi et c'est dans cet esprit que les enseignements de la CR+C sont écrits et présentés.

Étant l'Imperator d'un mouvement Rosicrucien, pouvez-vous nous parler du rôle et de la perpétuation de l’Office d'Impérator?

Le rôle d'Impérator est celui de gardien et de perpétuer la doctrine, la tradition et le rituel Rosicrucien. L'Impérator est responsable d'assurer que toutes les questions impliquant ces aspects soient correctement traitées et exprimées. En outre, quand il s’agit de changements et de mises à jour de la doctrine, etc. l'Impérator est celui qui doit effectuer ce travail. Bien que je doive ajouter, que l'Impérator ne peut pas faire des changements arbitraires, etc. Il ou elle est lié aux serments pris en devenant Impérator et doit travailler au sein de cette tradition. Ceci aide considérablement à maintenir le Chemin de la R+C pur et est une des raisons pour lesquelles la sélection d’un Impérator est effectuée par le choix personnel de l'Impérator précédent, et pourquoi la position est une nomination ad vitam. Ceci assure une continuation consistante et une formation appropriée d'un successeur.

Quant à la perpétuation de l’Office d'Impérator, tel que je l’ai dit; c’est un office à vie occupé par un successeur choisi. Ceci assure que l'individuel choisi n'apportera pas de modifications arbitraires; qu’il est correctement formé; et qu’il travaillera au sein des paramètres de l’Office.

Il semble que la Tradition R+C s'exprime continuellement et qu’elle s'adapte dans le temps et aux conditions existantes. Pourriez-vous nous donner un exemple de cette adaptabilité dans l'histoire Rosicrucienne?

Un bon exemple de ceci est l'adaptation de la méthodologie du 17ème siècle à celle du 20ème siècle (le système du 17ème siècle a plus ou moins continué, largement dans le 19ème siècle). Tandis que le système du 17 ème siècle dépendait fortement sur le déchiffrage d’images allégoriques connues sous le nom de « planches » ou « arcanes », la plupart reliés aux textes alchimiques et à d'autres symboles, le format du 20ème siècle a été simplifié par des explications, des exercices et des expériences qui plongeaient plus profondément dans le développement de qualités mystiques et intuitives chez l'individu. La compréhension des allégories et des symboles jouent encore un rôle très important dans le Rosicrucianisme d'aujourd'hui, mais ce n'est pas le seul rôle comme il en était dans le passé.

Quant au futur, comme je l’ai déjà dit, il y aura bientôt une autre adaptation, mais toujours en accord avec nos Règles initiales telles qu’exprimées dans nos manifestes de fondement du 17ème siècle.

Pensez-vous que la génération actuelle de Rosicrucianisme est à la hauteur de cette vertu d’adaptabilité et relève ainsi les défis de notre époque?

Je ne peux parler avec autorité que pour la CR+C, et dans ce cas, oui, très certainement. Je suis d’avis que pour beaucoup d'autres groupes R+C avec lesquels je suis familier, que certains d'entre eux, aussi, soient tout à fait adaptables. Ceci dit, je pense également qu'il existe quelques organisations qui se créent des problèmes inutiles et qui donc probablement ne se qualifieraient pas à cet égard, mais ce n'est pas vraiment à moi de commenter.

Par le passé, il y a eu une tentative réussie par un groupe de plusieurs ordres ésotériques de créer une organisation (appelée la F.U.D.O.S.I.) pour protéger et promouvoir auprès du public les traditions authentiques de l’époque. Ils apportaient en quelque sorte un sceau d'approbation pour les ordres existants. Je me rappelle que l’AMORC avait reçu une charte de la F.U.D.O.S.I. les présentant avec certains symboles et documents. Comment la Tradition de la R+C, ou toute autre tradition ésotérique, perçoit-elle un tel concept d’« authentification »de l'ordre?

Je pense que c'est une idée très noble et honorable pour un groupe d'organisations de se réunir dans le but exprès d’un contrôle de la qualité dans les domaines de l'ésotérisme, de l'occultisme et du mysticisme. Cependant, et je suis probablement dans la minorité ayant cette opinion, mais je ne pense pas que ceci ait vraiment été fait auparavant. Lorsqu'un groupe se réunit avec un but statué de protéger et de promouvoir des traditions « authentiques », deux choses m’apparaissent flagrantes. En premier lieu, est qu’il y a une présomption que les parties intéressées sont des traditions authentiques. Considérant que leur but serait d'examiner des traditions prospectives, ne faisant pas déjà partie de leur groupe, et de faire une évaluation de leurs résultats sur la « légitimité » de cette tradition, il n'y aurait aucun contrôle en place pour mesurer la légitimité de l'Ordre fondateur. Que cette authenticité soit assumée en vertu de la fondation de l'organisation de surveillance. Deuxièmement, il est évident qu'une telle organisation doit nécessairement devenir exclusive de par sa nature, ce qui, à mon avis, est fondamentalement contraire au travail traditionnel que nous effectuons. Par exclusivité je ne veux pas dire protecteur de nos traditions ce qui est très important, mais plutôt, qu’elle serait fermée et qu’elle formulerait des jugements sur les autres basés sur une notion préconçue et égoïste. Malheureusement, basé sur maintes années de recherche comprenant des discussions avec plusieurs parties impliquées, j’en suis arrivé à l'opinion que la F.U.D.O.S.I. se classait dans la dernière catégorie. Inutile de dire que l’AMORC et H. Spencer Lewis faisaient partie de la structure fondatrice de la F.U.D.O.S.I. et il est indiscutable que l'AMORC était l’organisation ayant motivé sa formation afin :

  1. d’établir une dominance en Amérique du Nord et ailleurs pour le travail Rosicrucien.
  2. de tenter de résoudre le conflit avec Clymer et de nombreux autres procès dans lesquels l’AMORC était impliqué de 1918 jusqu'à 1939.

Il demeure que les impacts de la F.U.D.O.S.I. sont nombreux et qu’il y a encore certainement beaucoup d'intérêt pour cette organisation particulièrement quand cela concerne le sujet « d’authentification ». Ce que beaucoup de personnes ne réalisent pas est qu'il y avait des conflits internes constants entre les membres de la F.U.D.O.S.I. ce qui a abouti à sa dissolution en 1951.

Quoi qu’il en soit, je ne pense pas que la Tradition Rosicrucienne, ou n'importe quelle tradition ésotérique d’ailleurs, ait besoin d’authentification de la façon qui a été suggérée. Encore une fois, mesurez la valeur d'un Ordre par ses bienfaits et faites confiance en l'épistémologie de la voie ésotérique, et de ses méthodes d'exprimer son histoire et sa lignée, au dessus de la production de chartes et de documents fondateurs. Le sujet traite de deux mondes complètement différents. Pourquoi compromettre un pour l'autre ?

Vous tenez également l’Office de Chevalier Commandeur de l'Ordre de la Militia Crucifera Evangelica et l’Office du Souverain Grand Maître de l'Ordre Martiniste Britannique. Ayant un fondement traditionnel si profond, comment voyez-vous le travail futur des traditions ésotériques pendant qu'elles tentent toutes de travailler vers l'objectif commun? Y-a-t’il place pour une collaboration plus étroite entre elles?

Il y a certainement place pour la coopération parmi toutes les organisations ésotériques, occultes et mystiques qu’elles se considèrent Rosicrucien, Martiniste, ou quelqu'autre appellation qu’elles choisissent. Ultimement, nous essayons tous d'accomplir les mêmes buts—l’élévation et l'évolution spirituelle de toute l'humanité. Pour atteindre ces buts, nous devons tous travailler en conjonction les uns avec les autres.

Sur une note finale, que voyez-vous dans l'avenir du Rosicrucianisme?

Je tends à voir le Rosicrucianisme comme un fil qui tisse son chemin au travers de l'histoire et vers le futur. Il est comme le voile de la Nature, toujours présent mais il doit être perçu pour le voir correctement. Parce qu'il maintient cette propriété, il sera toujours présent, mais parfois caché, en attente d’être redécouvert. Mais une fois découvert, il continue où il s’est arrêté. Son futur ? Un effet très profond, pourtant subtile sur l'humanité--comme dans le passé.

AR : Je tiens à vous remercier d’avoir pris votre temps pour cette entrevue. Je crois que les visiteurs au site Web de la CR+C tireront bénéfice de vos pensées et de votre perspicacité concernant le Rosicrucianisme et les sujets ésotériques en général.